(jeu#156) des larmes pour les mères...

Publié le par martine chiorino

(jeu#156) des larmes pour les mères...
(jeu#156) des larmes pour les mères...
(jeu#156) des larmes pour les mères...
(jeu#156) des larmes pour les mères...

1066 DE FUREUR ET DE SANG (en anglais "tears to many mothers") est un jeu de cartes asymétrique de Tristan Hall pour une à deux personnes de dix ans et plus, des parties de 30 à 40 mn, et est donné pour un poids de 2,22 sur BGA.
(ludochrono et présentation par Etrigane, qui a aussi fait une partie commentée disponible sur sa chaine Youtube, liens tout en bas)

1066 DE FUREUR ET DE SANG est un jeu à thème historique : la bataille de Hastings en 1066 et les évènements qui l'ont précédée. Petit rappel : la bataille a vu s'affronter l’armée saxonne conduite par le roi d'Angleterre Harold Godwinson et l’armée normande menée par Guillaume Fitzrobert, duc de Normandie, dit le Conquérant, qui recevra précisément ce nouveau surnom (avant on l'appelait le bâtard, moins cool...) en référence à sa victoire à Hastings, et à sa conquête du trône d’Angleterre. Harold Godwinson perdra d'ailleurs non seulement son trône mais aussi la vie lors de cette bataille, laquelle changera la face de l'Europe.
Ces faits sont relatés dans la tapisserie de Bayeux, chef d’œuvre de l’art roman du 11ème siècle, qui a probablement été commandée par l’évêque Odon, un demi-frère de Guillaume Le Conquérant, pour orner sa nouvelle cathédrale à Bayeux en 1077. Elle raconte les évènements de la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie. L’histoire se termine par la fuite des anglo-saxons à la fin de la bataille de Hastings en octobre 1066…

1066 DE FUREUR ET DE SANG est un wargame tactique "card driven" (piloté par cartes), chaque joueur possède un jeu différent (les normands sont bleus, les saxons rouges). Le champ de bataille est matérialisé par trois cartes "ailes" sous lesquelles on va pouvoir placer 3 cartes, soit un maximum de neufs unités ou personnages (dont notre chef de guerre) chacun, pour pouvoir ainsi agir.
Mais il existe d'autres types de cartes, un peu comme à Magic : des effets rapides (évènement) et des effets permanents (attachement où tactique). D'ailleurs, comme à Magic, on va "taper" (épuiser) les cartes que l'on utilise.
Pour poser une carte on doit respecter un ordre de placement précis sur la grille de 3X3, on remplit d'abord la première ligne. On doit ensuite payer le coût de la carte, soit avec des points octroyés par certaines cartes unité ou personnage déjà posées (mais il en existe très peu de ce type) soit en défaussant des cartes de sa main, comme par exemple dans JUMP DRIVE / RACE TO THE GALAXY. Ce système ingénieux nous met en permanence devant des choix cruciaux.
Chaque carte d'unité où de personnage possède une où des compétences, et trois caractéristiques : force, zèle et points de vie. On va pouvoir utiliser une carte pendant son tour soit pour une de ses compétences, soit pour sa force, soit pour son zèle, d'où le fait qu'on tape les cartes pour savoir à tout moment celles qui ont été utilisées. Chaque joueur va faire ainsi une action en alternance, jusqu'à ce que les deux passent, comme à RES ARCANA.

1066 DE FUREUR ET DE SANG débute avec l'apparition de la comète de Halley en octobre 1066 (on la voit d'ailleurs dans la tapisserie de Bayeux, illustration en bas), dont le passage avait été considéré comme un mauvais présage pour Harold et les saxons (comme quoi...). C'est un moine qui avait dit que l'apparition de la comète annonçait des "tears for many mothers" (voir en bas), d'où le titre originel du jeu. Pour arriver à Hastings, les joueurs vont devoir passer à travers un mini deck de 7 objectifs, tous correspondant à des faits historiques datés. Chaque joueur a donc des objectifs différents et la bataille ne s'engagera vraiment que si les deux armées sont face à face à Hastings, donc si les deux joueurs ont réalisés tous leurs objectifs. Mais attention si un joueur est seul à Hastings, il peut déjà faire des dégâts grâce au zèle de ses unités où personnages.
Bref, c'est donc une course : il faut passer ses objectifs (soit avec la force, soit avec le zèle, il en existe des deux types) rapidement pour arriver vite à Hastings. Une fois que la bataille est engagée, on va combattre (force et zèle) sur les trois ailes : le premier joueur à avoir emporté deux ailes (c'est à dire à avoir fait 10 dégâts à chacune) gagne la partie.

1066 DE FUREUR ET DE SANG est donc un wargame sans figurine ni dé, mais qui garde une place importante au hasard, vu qu'on pioche des cartes dans un deck : quand ça veut pas, ça veut pas. Après, même avec une main pourrie, il va falloir être créatif et imaginer des solutions, c'est tout le sel du jeu.
L'autre particularité c'est le fait qu'on va lancer/poser des cartes grâce à d'autres cartes et donc faire des choix cruciaux : que garder dans sa main ? que défausser ? Sachant que l'on ne remélange pas son deck, s'il est épuisé on perd la partie. Il existe 3 façons de gagner : amener l'adversaire à ne plus pouvoir piocher, tuer son chef de guerre (Guillaume ou Harold), et enfin gagner la bataille de Hastings (battre 2 ailes).

1066 DE FUREUR ET DE SANG est un excellent jeu rapide, fluide, très immersif, très simple à prendre en main, aux mécanismes originaux et passionnants qui ajoutent à l'immersion, avec des illustrations à tomber par terre, comme vous avez pu le voir ci-dessus. On aime bien aussi les archers et arbalétriers qui tirent à distance, il faut de toute façon être particulièrement vigilant sur la façon dont on place ses cartes sur la grille 3x3 (déploie ses unités), car sauf évènement favorable où compétence d'un personnage, on ne peut plus les déplacer une fois qu'elles sont posées.
Tous les personnages et évènements présents dans le jeu ont réellement existé / eu lieu : un travail de documentation de folie a visiblement été fait en amont. Chaque carte comprend dans sa box (le pavé en dessous de l'illustration) un texte de présentation. Ce qui explique que, contrairement à d'autres jeux à thème historique (on pense à WATERGATE) il n'y a pas dans le livret de règles de rappel des faits et de la chronologie.
Le mode solo du jeu est particulièrement réussi et performant, l'IA tourne à merveille et il est donc enfin possible de jouer à un jeu de duel seul.
Par contre on déplore les erreurs gravissimes sur les cartes que le joueur doit impérativement corriger avant de se lancer dans une partie (vive les gommettes et les marqueurs, merci Tristan Hall, voir juste en dessous). On regrette aussi que la boite soit pleine de vide, c'est mal (voir photo en bas).

1066 DE FUREUR ET DE SANG a fait à l'origine l'objet d'une campagne Kickstarter par son auteur, Tristan Hall, un électron libre du monde du jeu. Il travaille seul, un peu aidé par sa femme et il est peu compréhensif avec ses partenaires, dont les autres entreprises qui traduisent ses jeux, et garde un côté "amateur" dont on peut comprendre qu'il soit énervant pour des éditeurs professionnels. Ainsi Nuts Publishing, responsable de la localisation de plusieurs de ses jeux, dont celui-ci, a annoncé officiellement ne plus vouloir travailler avec lui à l'avenir, dommage car ses jeux sont excellents.
Par contre force est de constater que du coup il y a quelques coquilles et erreurs (parfois vraiment gênantes) sur les cartes, il semblerait en effet que Tristan Hall n'ait pas envoyé les fichiers corrigés à Nuts...Bref, faut faire du bricolage pour corriger ça...

1066 DE FUREUR ET DE SANG utilise un système de base que l'auteur appelle HEBS (Historic Epic Battle System). Un deuxième jeu est paru dans cette gamme : 1565 St Elmo's Pay. Il s'agit cette fois du siège de Malte (chevaliers de l'ordre de Malte contre empire Ottoman). Un troisième opus est en préparation : 1815 Scum of the Earth, sur la bataille de Waterloo (Napoléon contre le duc de Wellington). Et il est possible de croiser les factions dans tout ça : jouer les normands contre les ottomans par exemple...
Dans 1565 l'auteur a ajouté un disque pour visualiser le bonus de ressources de l'IA du mode solo à chaque tour plutôt que devoir consulter le tableau de référence, nous donnons ci-dessous le lien pour imprimer la roue correspondante -bien utile- pour
1066 DE FUREUR ET DE SANG .

Eilmer, moine de l'abbaye de Malmesbury écrivait sur la passage de la comète de halley :"You've come, have you? – You've come, you source of tears to many mothers. It is long since I saw you; but as I see you now you are much more terrible, for I see you brandishing the downfall of my country."
« Te voilà, n'est ce pas ? Tu es là, source des larmes de nombreuses mères! Il y a longtemps que je ne t'ai vue, mais je te vois maintenant et tu es plus terrible, et pour ce que je vois tu annonces la chute de mon pays"

comète de Halley sur la tapisserie de Bayeux

comète de Halley sur la tapisserie de Bayeux

boite pleine de vide...

boite pleine de vide...

Publié dans jeu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article