à Grenoble, le magasin devient une supérette

Publié le par martine chiorino

à Grenoble, le magasin devient une supérette
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama
diaporama

diaporama

Le magasin, ex CNAC, centre national d'art contemporain, est fermé et a eu des problèmes depuis bien avant la crise du covid. La directrice nommée en 2016 est partie en mars 2021 après 15 mois d'arrêt maladie...Béatrice Josse avait supprimée toute programmation d'expo, ne travaillait plus avec les centres d'art locaux, et avait fermé la merveilleuse librairie.
C'était vraiment très triste de voir se déliter peu à peu cet endroit ou j'ai travaillé, étudié, été stagiaire, monté une expo, enseigné...
Depuis la soirée d'ouverture assez onirique en 1986, on y a vécu tant de bons moments : visites en famille, avec des amis, projets et visites avec des élèves, longues discussions et achat de livres à la librairie, concerts, rencontres avec des auteurs, happenings...Tristesse et colère de voir ce bel outil tout cassé.

 
Le samedi 17 mars un collectif a essayé d'occuper le magasin pour le réouvrir un mois. Voici le texte diffusé sur les réseaux sociaux, et en bas l'article du petit bulletin après cet évènement, et le lien pour le site de la supérette :

Le Magasin ( musée d’art contemporain de grenoble) est occupé ! Ça rouvre! Venez nombreux ! Vite vite! Now!
IMPORTANT! RDV ce dimanche 18 avril dès 8h!!!
Plus d'infos ici : https://lasuperette.info/
Le magasin des horizons a rouvert ses portes samedi 17 avril à 17h30, rebaptisé "La superette".
Au son des radios déclâmant le Manifeste des ami.e.s du Rouvre, nous étions une centaine à nous engouffrer joyeusement dans ce bastion culturel laissé à l'abandon.
Ca faisait longtemps qu'un élan de vie sauvage n'avait pas surgi dans le quartier Bouchayer-Viallet.
Aseptisé et vidé de son âme culturelle et associative à grand coup d'urbanisation et d'expulsions, ce quartier était devenu fantomatique, ne vivotant plus qu'au gré du morne rapport de consommation.
Rouvrir les grandes portes bleues du Magasin est un pied de nez à ce que la "rénovation urbaine" a voulu faire de Bouchayer-Viallet : nous voulons ranimer par ce geste le coeur vivant qui a battu il y a 20 ans, dans les squats, dans les lieux autogérés, dans les friches habitées.
Ca y est, ça rouvre. Pour un mois, en CDD. On se retrousse les manches pour habiter ce temps là, essayer de nouvelles choses, être un espace de création, un.e ami.e pour le milieu associatif du quartier, et pour les gens.
Une fois entré.e.s dans le bâtiment, nous avons contacté la Mairie afin de leur transmettre la nouvelle. Ca rouvre! On nous a alors promis une délégation qui s'est fait attendre et a laissé tout le temps aux forces de police de resserer leur étau et d'étendre leur présence menaçante sur la centaine de personnes rassemblée dans et devant la Supérette. La délégation est finalement arrivée, menée par l'adjointe à la culture et des membres de son équipe. Au bout de quelques minutes d'échange, la délégation annonce son soutien à l'occupation, auquel s'ajoute l'accord de la Présidente du conseil d'administration du Magasin des horizons.
Dans l'euphorie collective, nous acclâmons cette nouvelle avec de longs applaudissements et nous nous préparons à l'occuper pour la nuit, à une vingtaine de personnes.
C'était sans compter le zèle de la police, qui a profité de son nombre et de son rapport de force pour remettre en question la légitimité de l'élue et de la Présidente, pourtant seule décisionnaire dans cette situation.
Nous avons donc assisté à un ping-pong institutionnel entre la police nationale, rétorquant qu'elle n'obéirait qu'au Préfet, et l'élue à la culture, au téléphone avec le maire lui-même, rétorquant que la décision était prise et que les forces de l'ordre devaient nous laisser entrer.
Devant l'absurdité de la situation et des menaces répétées de verbalisation de toutes les personnes présentes, l'élue incluse, nous avons convenu avec la mairie de reprendre les négociations demain matin.
Nous vous invitons donc à nous rejoindre demain dès 8h pour un rassemblement petit déjeunesque afin de leur montrer que nous sommes toujours déterminé.e.s pour faire vivre ce lieu pendant un mois .

Publié dans art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article