Stolpersteine : quand art et histoire se rencontrent

Publié le par martine chiorino

Stolpersteine : quand art et histoire se rencontrent
Stolpersteine : quand art et histoire se rencontrent
Stolpersteine : quand art et histoire se rencontrent

En 1993,  le sculpteur et artiste allemand Gunter Demnig,  entame un travail sur les victimes du 3ème Reich, destiné à leur rendre une histoire individuelle. Il crée et encastre, au départ illégalement, sur les trottoirs de plusieurs villes allemandes de petits carré de métal dorés de 10 cm de côté sur lequel il grave à la main, le nom, la date de naissance et le destin individuel de la victime devant le dernier lieu où elle vécut librement. Il baptise ces pierres Stolpersteine, littéralement "pierres d'achoppement, pierres sur lesquelles on trébuche".
Dès 1996,  à la demande de descendants de victimes, de voisins, de comités de quartiers, il en pose dans toute l’Allemagne, puis au-delà des frontières du pays. Il y en a aujourd’hui et plus de 8 000 à Berlin et plus de 71 000 en Europe. 

Nous en avons vues à Berlin et Turin...
C'est un superbe projet.

Reportages, fims, podcasts et surtout le site officiel, LIENS en dessous :
allez voir et écouter, soyez curieux !
Et les émissions de FRANCE CULTURE sur Eva Salinger une inconnue dont le nom est gravé sur une Stolpersteine.

Publié dans art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article