collège, c'est non !

Publié le par martine chiorino

collège, c'est non !

Un exemple de lettre

Madame la proviseur,

je me permets de vous envoyer un mail pour vous informer que mon fils, Swann D*, ne retournera pas au collège le 18 mai. Je tiens à vous expliquer qu'elles en sont les raisons afin que vous puissiez comprendre cette décision. Je tiens à préciser également que, concernant Swann, il a, pour sa part, très envie de retourner au collège retrouver son rythme, ses professeurs et bien-sur ses camarades.

Néanmoins, je refuse d'envoyer Swann au collège pourquoi?

La raison principale est que mon conjoint et moi n'avons pas cessé de travailler durant le confinement et pour cause: je suis éducatrice spécialisée dans un établissement de réhabilitation psychiatrique (M*) , mon compagnon est quant à lui manipulateur radio en radiothérapie à B*. L'un comme l'autre, mais surtout mon conjoint, sommes susceptibles d'être en contact avec des personnes infectées (pour mon conjoint c'est même une certitude). Pour l'heure aucun test ne nous a été proposé, quant aux mesures de protections elles sont très minces. Malgré toute la vigilance dont nous faisons preuve quotidiennement sur nos lieux de travail comme à notre domicile (prises de température 2 fois par jour, distances physiques avec nos enfants etc.) nous ne pouvons être garant du fait que Swann ne soit pas vecteur ou porteur de la maladie. Il est donc pour moi hors de question qu'il puisse potentiellement contaminer ses camarades et professeurs à moins qu'il soit possible de lui fournir deux masques par jour (étant donné la pénurie de masques à l'heure actuelle sur nos lieux de travail je doute fort que l'état soit en mesure de fournir deux masques par jour/ élève et /professeur alors que nous n'en avons qu'un seul pour une journée de 12h!).

La seconde raison est plus politique et relève de notre engagement personnel. J'estime en effet que rouvrir les établissements scolaires un mois et demi à peine avant les vacances d'été est une hérésie dont la seule motivation est la remise au travail des parents. Je suis personnellement très en colère contre ce gouvernement qui n'a jamais eu de scrupule à laisser des enfants sur le carreau et qui aujourd'hui s'en sert de prétexte! J'estime qu'en ce qui concerne Swann ce n'est pas un mois de classe "à trous" (parce que les premières semaines on est bien d'accord que chacun reprendra ses marques ) qui déterminera son avenir.

Cette décision gouvernementale va à l'encontre de toutes les préconisations médicales et scientifique et notamment celles du conseil de l'ordre des médecins. Plusieurs pays ont fait le choix de laisser les écoles fermées jusqu'en septembre. Dans certaines villes du Japon elles avaient été rouvertes pour êtres à nouveau fermées une semaine après...

Je refuse que l'ont fasse des paris sur la tête de nos enfants! Je refuse qu'ils soient victimes des incuries de nos dirigeants! Je refuse qu'ils soient sacrifiés au nom des marchés financiers et du grand capital! (pardon mais certains sujets me rendent véhémente) .

J'espère que vous comprendrez ma démarche et que Swann n'en sera pas pénalisé d'autant qu'il a persévéré, malgré les difficultés, dans ses apprentissages et les rendus de travaux demandés via pronote ou par mail.

Je profite de l'occasion pour féliciter les professeurs qui ont su s'adapter et être présents pour leurs élèves, même à distance et malgré toutes les difficultés que cela représentait. Je leur souhaite bien du courage pour cette reprise même si je souhaite fort qu'elle n'aie pas lieu tant je trouve cela absurde. Merci également à tous les autres professionnels du collège pour leur mobilisation.

J'espère que des solutions seront proposées pour les enfants dont les parents prendront la même décision que moi ou pour ceux qui n'auront pas le choix (personnes avec comorbidités ou immunodéprimées).

En comptant sur votre compréhension et en vous remerciant pour votre engagement, veuillez recevoir Madame la proviseur mes sincères salutations
Laure D

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article