corona... : billet d'humeur #3

Publié le par martine chiorino

corona... : billet d'humeur #3

Ici toujours de la circulation sur l'autoroute...et des piétons...mais quasi plus de vélo.
Cette après midi de dimanche, un jeune femme d'une petite trentaine s'est arrêtée devant chez nous à vélo plus de 10 mn (c'est interdit, le vélo, non ?) pour téléphoner...Stay home !
J'ai eu très envie de lui gueuler dessus, comme le fait la street artiste Petite Poissone :

Très régulièrement, je sors sur mon balcon et j'insulte les gens un peu trop nombreux en bas. Mes filles ont honte, on dirait kamel (référence grenoblo-grenobloise) mais putain ça me saoule, que tout le monde joue pas le jeu pendant que moi je commence presque à penser à me mettre au sudoku. Kamel avait bien raison avant tout le monde, la rue est peuplée de trous du cul.

inédit de Petite Poissone

inédit de Petite Poissone

Nous eu avons la chance que nos poubelles soient ramassées mardi, c'est surement la dernière fois. Nous allons installer un dépotoir au fond du jardin. Petite note intello : les dépotoirs sont la joie des archéologues...J'ai fait pas mal de chantiers archéo, et dépotoirs et égouts sont le rêve. On y trouve ce que les gens perdent : comme toi quand ton portable tombe dans les chiottes...ou tes clés...Et tout ce qui faisait leur vie quotidienne : restes de nourriture (c'est comme ça que j'ai vu qu'à l'époque romaine les huitres arrivaient déjà de la méditerranée en Savoie/ Piémont) et des objets, des céramiques aux pièces de monnaies...
Sur les réseaux sociaux, je regarde les touchantes images des Italiens qui, face au confinement,
font des flashmobs et chantent ensemble au balcon. Parmi les morceaux fréquemment repris, le « tube » des années de plomb, Il Mio Canto Libero (« Ma chanson de liberté »), de Lucio Battisti (1973): « Dans un monde prisonnier/Nous respirons, libres », ainsi que l'hymne Italien Il canto degli Italiani.
Dans le quartier, nous avons eu de la flûte la journée, et à 20 heures -surement comme chez vous- applaudissements et festival de percussions sur casseroles. On voit les voisins et on se sourit.
Sinon, nous ramassons des pissenlits dans le jardin, et des pousses d'ortie fraiches -au milieu des merles curieux- pour améliorer l'ordinaire : cakes, soupes. C'est très bon !...Faites en autant si vous le pouvez, mais pas dans les jardins publics !. Nous avons aussi de la mélisse, du laurier sauce, un peu de pourpier, et des fleurs qui se mangent comme les violettes.
Une de nos amies est pharmacienne au CHU.
Elle nous a dit qu'on était un des hôpitaux les moins engorgés de la région, avec 2 cas en réa et 50 hospitalisés en services.
Elle bosse 12 heures par jour sans manger pour faire les tests pour les malades, et surtout pour les soignants. D'habitude, son job (ou du moins une partie) c'est les tests de compatibilité pour les patients en mort cérébrale, pour le don d'organes. Quand elle est d'astreinte aux urgences elle peut partir au milieu de la nuit pour un jeune de 23 ans qui s'est vautré à moto...
Tragique aussi...
Voilà.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Le velo, c'est aussi un moyen de transport....le mien par exemple et aussi les weekends et les feriés puisque je suis aide-soignante......
Répondre
M
oui, vous avez raison ! courage et désolée pour le raccourci..