musique et image qui bouge, bref ZIK et ciné, un bouquet de 7 films !

Publié le par martine chiorino

musique et image qui bouge, bref ZIK et ciné, un bouquet de 7 films !

Donc va bientôt sortir "MUSIC OF MY LIFE" le nouveau film de Gurinder Chadah, la réalisatrice de l'excellent film "joue la comme Beckham", c'est le feel good movie de la rentrée, ne le loupez pas !
le pitch :
1987, Angleterre. 
Javed, adolescent d’origine pakistanaise, grandit à Luton, une petite ville qui n’échappe pas à un difficile climat social. Il se réfugie dans l’écriture pour échapper au racisme et au destin que son père, très conservateur, imagine pour lui.  Mais sa vie va être bouleversée le jour où l’un de ses camarades lui fait découvrir l’univers de Bruce Springsteen. Il est frappé par les paroles des chansons qui décrivent exactement ce qu’il ressent. Javed va alors essayer de comprendre sa famille et de trouver sa propre voie...

Ensuite un documentaire fait par un fan (ami ?) qui prend au coeur, sorti grâce à un financement participatif, le très beau "Daniel Darc, Pieces of My Life" de Marc Dufaud et Thierry Villeneuve.
Le film indispensable cette année pour ceux qui aiment  la musique...
Fouillez, cherchez, déplacez vous mais voyez le !
La présentation :

Chanteur de Taxi-girl, groupe culte des années 1980 à l’aura sombre et romantique, Daniel Darc allait rapidement susciter toutes sortes de légendes urbaines. Les années 1990 passent et sa trace se perd… Il faudra attendre 2004 et le miraculeux retour avec Crèvecoeur pour qu’il retrouve le succès, jamais démenti, jusqu’à sa disparition prématurée, ce 28 février 2013. À travers des images inédites et intimes filmées pendant 25 ans, Daniel Darc - Pieces Of My Life témoigne de sa façon de vivre, avec ses moments de fulgurances et d’excès, ses solitudes, ses errances et ses abîmes.

 

Et dans un tout autre registre, INNA DE YARD, documentaire savoureux, plein de vie et touchant sur 4 grands anciens du reggae, dont l'excellent Winston Mc Anuff (vu sur scène cette année, quelle chance...).
Un film avec de la vraie musique dedans : c'est le making of du second album du groupe / concept, et le film présente chacun(e) des musiciens et des musiciennes présent(e)s sur le CD, dont la jeune Jah9 (Janine). Les deux sont des must have, film et CD, que vous écoutiez ou pas du reggae.
Feel good et sincérité au menu, de beaux portraits, une vision du pays quasi amoureuse, et pas mal de pétards aussi...(en fait j'en ai jamais vu autant dans un film..)
la présentation :
Sur les hauteurs verdoyantes de Kingston, des légendes du Reggae se retrouvent pour enregistrer un disque. Plus de trente ans après leur âge d’or, ils s’apprêtent à repartir en tournée à travers le monde. INNA DE YARD raconte l’aventure humaine de ces chanteurs qui, en plus d’incarner un genre musical mythique et universel, font vibrer l’âme de la Jamaïque.

On passe à notre chouchou absolu, HAUT LES FILLES, documentaire de Bayon et François Armanet sur dix filles du rock français, plus quelques autres invitées dont Catherine Ringer et son interview fracassée par Mireille Dumas, et au détour de plans non légendés Catherine Ribeiro ou Colette Magny, dont on aurait aimé voir les images légendées de leurs noms...ainsi que celles des jeunes artistes vues à la fin du film, ça fait un peu "si tu connais pas, t'es pas du sérail".
Notre découverte c'est Imany, brillante et charismatique, notre dame de coeur Elli Meideros, notre chouchou Jehnny Beth, ex de chez John and Jehn, impressionnante en live, et notre confirmation Lou Doillon.
Et, bien sur, car dans ce genre d'exercice c'est indispensable, terminons par la rubrique "les injustement oubliées"...Une de taille : Catherine Lara, qui a fait un immense succès avec "La rockeuse de diamant" et Buzy qui sort un album ces jours-ci et a bossé avec Daniel Darc, comme quoi les grands esprits, etc etc..

François Armanet et Bayon voulaient raconter 60 ans de musique en feuilletant l’album du rock français, sans souci d’exhaustivité. Ils expliquent comment les dix chanteuses qui interviennent dans Haut les filles ont été choisies : "On est parti de Françoise Hardy et Brigitte Fontaine, qui représentent l’avant-68 : les femmes n’ont pas de carnets de chèque, elles n’ont pas le droit d’avorter, la pilule n’est pas autorisée, c’est une société patriarcale à fond ! Tous ces droits nous paraissent banals aujourd’hui, mais à l’époque, ça ne l’était pas. Françoise Hardy, icône androgyne, choisissait une « soumission » volontaire à l’homme de sa vie, même si elle était indépendante d’esprit et financièrement. Brigitte Fontaine, qui avait signé le « Manifeste des 343 salopes », forgeait sa liberté à travers une forme de folie, véhiculant une image plus iconoclaste que Françoise Hardy, cassant les codes. Ces deux femmes nous paraissaient les deux piliers de départ, incarnant les années soixante de façon très différente mais également emblématique, pour arriver à aujourd’hui avec Jehnny Beth, Jeanne Added, Lou Doillon et Camélia Jordana. En passant par Elli Medeiros, Vanessa Paradis, Charlotte Gainsbourg, Imany... Dix femmes puissantes, un choix idéal."

la présentation :
En France, la révolution rock du jour se joue au féminin pluriel. Face aux clichés virils du rap et du rock, les femmes iconoclastes réinventent le corps, le désir, l’apparence, à rebours de tous les codes sur la beauté, le vêtement, la décence, le genre. Pourquoi et comment en est-on arrivé là ? Le rock usé, pour renaître, avait besoin d’une mue, de changer de rythme, de peau, de langue, de sexe. Le nouveau commando des filles a pris le pas, la parole, et joue la nouvelle manche. Au micro, sur scène ou dans la vie, dix chanteuses charismatiques tournent les pages de soixante ans de rock français.

 

HER SMELL une fiction de Alex Ross Perry, ou Elisabeth Moss (la star de la série la servante écarlate) campe une version filmique de Courtney Love...ou pas. Convenu mais pas inintéressant, Elisabeth Moss y est mieux que bien.
le pitch :
Becky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli des stades avec son girls band : "Something She". Quand ses excès font dérailler la tournée nationale du groupe, Becky est obligée de compter avec son passé tout en recherchant l'inspiration qui les a conduites au succès.

Encore une femme, encore de la musique (forcément, c'est le thème...) avec WILD ROSE un film anglais sincère (la scénariste Nicole Taylor est une vraie fan de country depuis l'âge de 12 ans) et bien joué, Jessie Buckley la comédienne qui joue l'héroïne chante réellement.
Bon, on adore la country, donc ça aide...et là, la BO est exceptionnelle.
Le tout est à voir !

le pitch :
A peine sortie de prison et de retour auprès de ses deux enfants, Rose-Lynn n’a qu’une obsession : quitter Glasgow pour devenir chanteuse de country à Nashville. Tiraillée entre sa passion et ses obligations de mère, la jeune femme va devoir faire des choix…

Le dernier est le plus connu, le film YESTERDAY de Danny Boyle, comédie romantique avec musique inside qui a fait le buzz.
(grande critique lien plus bas)
Inutile de le présenter, et revoyez l'excellent Jean-Philippe au passage.

le pitch :
Hier tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre.
Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.

Publié dans musique, cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article