féminisme, incel... et liste de Noël !

Publié le par martine chiorino

féminisme, incel... et liste de Noël !
féminisme, incel... et liste de Noël !

C’est une citation féministe bien connue, que le monde doit à Margaret Atwood, auteure de The Handmaid’s Tale (La servante écarlate) :
« Les hommes ont peur que les femmes se moquent d’eux. Les femmes ont peur que les hommes les tuent. »

Il y a 30 ans, triste anniversaire, un féminicide de masse...
La tuerie de l'École polytechnique est une tuerie incel en milieu scolaire à caractère misogyne qui a eu lieu le à l'École polytechnique de Montréal, au Québec (Canada). Marc Lépine (né Gamil Gharbi), âgé de vingt-cinq ans, ouvre le feu sur vingt-huit personnes, tuant quatorze femmes et blessant quatorze autres personnes (10 femmes et 4 hommes), avant de se suicider. Il s'agit de la tuerie en milieu scolaire la plus meurtrière de l'histoire du Canada et du premier féminicide de masse.
Le tueur dit à une des victimes :
« Vous êtes des femmes, vous allez devenir des ingénieures. Vous n'êtes toutes qu'un tas de féministes, je hais les féministes. ».
La lettre de suicide du tueur revendiquait des motifs politiques misogynes à ses actes et accusait les féministes d'avoir "ruiné sa vie". La lettre comprenait une liste de dix-neuf femmes publiques québécoises, considérées comme féministes, qu'il voulait tuer.

Un roman a été tiré des faits, nous vous le conseillons vivement :
Élise Fontenaille
, L'homme qui haïssait les femmes, Grasset, 2011
Et aussi en plus quelques idées d'autres livres féministes à offrir LIEN tout en bas.

La sous-culture incel (pour "involuntary celibate", célibat involontaire en français) est un groupe de communautés en ligne misogynes dont les membres se définissent comme étant incapables ou empêchés de trouver un partenaire amoureux ou sexuel. Ceux qui se proclament incels sont presque exclusivement des hommes hétérosexuels vivant en Amérique du nord, blancs pour leur majorité et souvent racistes.
Ils considèrent que les femmes sont responsables de leurs problèmes.
Ils en viennent régulièrement à soutenir des idées comme le viol encadré par l’État (une femme assignée à chaque homme et forcée d’avoir des rapports sexuels) ou le meurtre des femmes qui se refusent à eux. Ils ne comprennent pas comment et pourquoi un homme peut être ami avec une femme.
Les discussions dans les forums incel sont caractérisées par le
ressentiment, la misogynie et la promotion de la violence contre les femmes et les hommes épanouis sur le plan sexuel, appelés les "Chad" et "Stacy" (désignant les femmes désirables mais superficielles) ou "Becky"(désignant les femmes moins attirantes).
Cette sous-culture est décrite comme « faisant partie de l'écosystème du suprémacisme masculin en ligne » et des personnes s'identifiant comme incels ont commis plusieurs tueries de masse en Amérique du Nord (récemment Isla Vista 2014, Toronto 2018, Tallahassee 2018).

Le domaine de la fiction s'intéresse à ce phénomène. Dans "go figure / meurtre sur glace" l'épisode 8 de la saison 2 de la série "Instinct", on voit un personnage incel. Série qui présente par ailleurs la caractéristique d'avoir comme personnage principal un enquêteur gay et marié. Dans la série tv "Elementary", variation moderne autour du personnage de Sherlock Holmes, un épisode est consacré aux incels (Los Ladrones, épisode 12 ,saison 6, sorti en 2018). Sherlock y livre aux autorités un opérateur web d'un site incel, qui appelle à la violence, au viol, à la mutilation et au meurtre de femmes et de petites filles, Sherlock comparant alors le site à "un repaire de vipères pathétiques". En particulier, il y est fait mention de la "black pill".
Les croyances qui sont courantes dans les communautés incel, comme le fatalisme et le défaitisme, sont collectivement appelées la « pilule noire » (« black pill »). Beaucoup d'incels croient que la société moderne est gynocentrique et que les femmes sont prédisposées à l'hypergamie (fait d'avoir un conjoint dont le niveau social est plus « élevé »).
Le concept de la « pilule noire » distingue les incels du mouvement des droits des hommes et leur référence à la pilule rouge, allusion au dilemme du film Matrix. Dans le contexte de l'activisme des droits des hommes, « prendre la pilule rouge » signifie voir un monde où les femmes détiennent le pouvoir sur les hommes. Par comparaison, « prendre la pilule noire » a été décrit comme signifiant : « Je vais maintenant épouser la violence, la haine et la misogynie ».
Quelqu'un qui a métaphoriquement « avalé la pilule noire », est dit « blackpilled », ou LDAR (« lay down and rot ») soit "mis à terre et pourri".

plaque commémorative

plaque commémorative

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Merci pour cet article très intéressant :-)
Répondre
M
merci également pour ce commentaire élogieux.