culture, vous avez dit culture ?

Publié le par martine chiorino

avant / après
avant / après

avant / après

à l'heure ou les "passe livres " fleurissent de partout dans les communes, on balance des bouquins, et -last but not least- on vire un SDF !
lamentable...

la VRAIE question, c'est qui est le "ON" ?

parce qu'il semble qu'il s'agisse d'employés de Suez chargés du nettoyage ... donc y'a plus de flics à Bordeaux, ou on externalise aussi le trouble à l'ordre public et autre occupation indue de l'espace publique ?
ou y'avait des nervis municipaux avec ? ou pas ? ou si ? ou non?
peu importe la réponse, c'est honteux...

l'histoire :

""""Il y a à Bordeaux un libraire très singulier. Ou du moins, il y avait.

Dominique dit Neuneuil, est un sans logis, qui, sous le parking Victor Hugo, (le long du palais des sports) a constitué sa « librairie libre ». Une belle librairie, bien achalandée, les ouvrages proprement présentés sur des étagères... Et chacun peut venir se servir et apporter des livres, on troque ou pas, c’est gratuit. Et puis on parle avec Dominique si on veut, on peut prendre un café, bref, un véritable « service public sauvage » de la lecture. Sophie Poirier y a consacré un chapitre dans son beau livre Les Points communs.

Aujourd’hui, mardi 23 octobre 2018, des sbires accompagnés de policiers municipaux sont venus détruire la librairie de Dominique. Démonter, casser, vider, jeter. Pourquoi ? On ne sait pas, sans doute parce qu’il faut faire propre, ou pour de quelconques questions de sécurité. La sécurité est toujours un excellent argument lorsqu’on veut fermer un lieu…

Mais quelle sécurité était menacée par une librairie à l’accès libre et son passionné libraire ? Qui Dominique dit Neuneuil pouvait-il gêner, là, sous son parking, avec ses livres ? Et quel est le décideur zélé qui a diligenté la force publique pour détruire ce qu’il avait construit avec patience depuis des lustres ? Il n’avait rien d’autre à faire, celui-là, aujourd’hui ?

Devant ce gâchis, la tristesse se mêle à la colère.""""

« Ce que je voulais avec cette bibliothèque, c’était avoir un lieu convivial, familial, et un lieu de rencontre. Apprendre à se connaître grâce aux bouquins, cela me tenait à cœur. J’aime la musique, j’aime bouquiner, et je le partage. Il y avait des bouquins pour les gamins, des romans, des policiers, des bouquins de cuisine, de la politique, de l’histoire… Il y en avait pour tous les goûts. Et ce qui a été fait hier, c’est horrible.

Ça m’a choqué qu’on balance toute cette culture dans une poubelle comme ça. La police municipale est arrivée et a dit aux agents de Suez : "vous balancez tout".

Mais j’ai un soutien incroyable, des gens que je ne connaissais pas et qui viennent me voir. Et il y a de fortes chances que l’on reconstitue cette bibliothèque, car il y a déjà des gens qui m’apportent des bouquins. Certains ne mâchent pas leurs mots. Ça me touche. »


Dominique

vu le tollé général (pétition, toussa, merci internet, les choses vont si vite et loin de nos jours...) la mairie va "trouver une solution" ...

culture, vous avez dit culture ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article