voilà voilà qu'ça recommence...

Publié le par martine chiorino

voilà voilà qu'ça recommence...
voilà voilà qu'ça recommence...

Comme le chantait si bien RACHID TAHA récemment disparu...

Les marches des fiertés, un escalier aux couleurs du drapeau arc-en-ciel, ont de nouveau été vandalisées le lundi 10 septembre. Le samedi précédent, des militants du Centre LGBTI de Nantes, aidés par des citoyens homos et hétéros, soit environ 200 personnes dont la maire (PS) de Nantes Johanna Rolland, s’étaient donné rendez-vous pour repeindre ensemble ces marches, déjà dégradées en juin.

Tout le haut de l’escalier est recouvert d’une matière noire et visqueuse « Un mélange épais à base de goudron », croit savoir un agent de Nantes métropole, présent sur les lieux. Le nettoyage n’a pas encore commencé mais la tâche semble difficile. « Il va falloir utiliser du produit et de l’eau à haute pression. Les couleurs en dessous ne résisteront pas », toujours selon cet agent. L’escalier est actuellement condamné.

« Je condamne cet acte et irais porter plainte très prochainement. L'homophobie n’a pas sa place dans nos rues, ni dans nos vies », a réagi Noé Parpet, le président du centre LGBTI de Nantes. Sur place, de nombreux habitants dénoncent eux aussi cette nouvelle dégradation.

Le 8 juin, les Nantais découvraient les « marches des fiertés  », en avant-goût des festivités de la Pride. Un gros succès, au point que la maire Johann Rolland, quelques jours après l’installation, avait annoncé son envie de rendre l’œuvre pérenne. Celle-ci devait initialement rester tout l’été. Une demande avait été formulée auprès des Bâtiments de France. Quelques jours plus tard, un tag «  légalisez la pédophilie  » était visible sur l’une des marches  avant d'être recouvert par la mairie. Puis dans la nuit de mercredi à jeudi, les marches ont été dégradées, barbouillées en blanc.

Voir notre autre article LIEN EN BAS

voilà voilà qu'ça recommence...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article