série mon amie : le futur, ça craint, mais vraiment !

Publié le par martine chiorino

série mon amie : le futur, ça craint, mais vraiment !

Evènement !
L'excellentissime série -c'est un véritable chef d'oeuvre du petit écran-
THE HANDMAID'S TALE
débarque enfin en France sur TF1 séries pour vous monter que :

(le futur est un putain de cauchemar)

(le futur est un putain de cauchemar)

THE HANDMAID'S TALE est l’une des séries événements de ces dernières années, et compte déjà deux saisons et de multiples récompenses (hold-up aux Emmy awards, nombreux Satellite awards, Golden globes,etc).
Tout le monde en parle, mais tout le monde ne l’avait pas vue. La preuve ce dimanche soir avec sa première diffusion en clair sur la chaîne TF1 Séries Films (ex HD1), et près d’un million de téléspectateurs au rendez-vous, pour 4,3 % de part de marché.

La Servante écarlate (titre original : The Handmaid's Tale) est, à l'origine, un roman de science-fiction dystopique écrit par l'écrivaine canadienne Margaret Atwood, publié en 1985 et traduit en français en 1987.
Le livre avait déjà été adapté au cinéma sous le même titre par (rien moins que) le réalisateur Volker Schlöndorff en 1990. Le  film avait été nommé pour l'ours d'or à Berlin, et avait remporté le GLAAD media award du meilleur film en 1991. Les GLAAD Media Awards sont des récompenses décernées par la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation  afin de reconnaître et récompenser les œuvres, médias et personnalités pour leur rôle dans la représentation de la communauté LGBT.
Le , la série avait été renouvelée pour une deuxième saison. Le récit du roman ayant été l'objet de la première saison, ce sont des développements inédits de l'univers de la série qui y seront abordés.

Le pitch de l'histoire est simple :
Dans un avenir proche, la combinaison de pollutions environnementales et de maladies sexuellement transmissibles a entraîné une baisse dramatique de la fécondité qui a pour conséquence un taux de natalité extrêmement bas. Aux USA, les « Fils de Jacob », une secte politico-religieuse protestante de type restaurationniste et aux accents fondamentalistes, en a profité pour prendre le pouvoir, détruisant la Maison-Blanche, la Cour suprême et le Congrès (tant qu'à faire) lors d'un coup d'État.
Les femmes encore fécondes sont placées comme reproductrices auprès des chefs de la nation, les « Commandants ». Leur identité leur est enlevée, elles sont re-nommées d'après le "chef de famille", leur maitre, comme l'heroïne June qui devient "Offred", soit "De Fred" (car au service du commandant Fred Waterford)..

Dans cette version totalitaire des USA, la République de Gilead, les dissidents, les homosexuels et les prêtres catholiques sont condamnés à mort par pendaison. Les relations hommes/femmes obéissent dorénavant à des règles très strictes. Alors que les hommes occupent toutes les positions du pouvoir, les femmes ont été démises de leur statut de citoyennes à part entière. Elles ne peuvent ni travailler, ni posséder d'argent, ni être propriétaires, ni lire.
Elles sont catégorisées selon leur fonction : les Épouses (habillées en bleu/vert) sont les femmes des dirigeants, les Martha (en gris) s'occupent de la maisonnée et les Servantes (en rouge pourpre) sont uniquement dédiées à la reproduction, sous la surveillance rigide des Tantes (en marron). Les Servantes sont affectées au sein des familles dirigeantes, pour qu'elles mettent au monde les enfants tant désirés.

Le fond de la série est d'abord une histoire de femmes racontée par des femmes. Une dystopie glaçante dans laquelle les femmes en capacité de se reproduire sont, une fois par mois, lors de ce qui est appelé très chastement "la cérémonie", violées par le "chef de famille" dans une mise en scène aussi absurde que terrifiante. Au sein de ce nouveau régime, les femmes sont donc réduites à leur capacité de reproduction ou - si trop imperméables à la soumission - envoyées aux travaux forcés ou au bordel. Mère, boniche ou prostituée, voilà à quoi sont réduites les figures féminines de ce nouveau monde !

Dans une Amérique conquise par Donald Trump, ce président qui se vantait "d'attraper les femmes par la chatte" et qui, une fois installé à la Maison Blanche, a entrepris de couper les vivres au Planning Familial, le parallèle est rapidement fait avec l'intrigue de la série, qui se situe justement aux USA, dans un avenir proche. 

De quoi faire réfléchir à la place des femmes dans notre société et à leurs acquis qui nous semblent tout de suite plus fragiles. 

Margaret Atwood a expliqué :
"Je m'étais fixé une règle : je n'inclurais rien que l'humanité n'ait pas déjà fait ailleurs ou à une autre époque, ou pour lequel la technologie n'existerait pas déjà. Je ne voulais pas me voir accusée de sombres inventions tordues, ou d'exagérer l'aptitude humaine à se comporter de façon déplorable."
Et en effet, ces scènes de mise à mort des femmes lesbiennes, d'excision, de viols... ne sont pas des inventions. La purge des gays en Tchétchénie ou les chiffres de violences contre les femmes commises ici en France le prouvent bien assez. 

La série vaut aussi par la superbe photo de la réalisatrice Reed Morano : c'est beau.
Puis par la prestation des acteurs, Elisabeth Moss en tête d'un casting impeccable. Elle est abonnée aux rôles iconiques : Peggy Olson, monument féministe dans Mad Men, secrétaire devenue numéro 2 d'une agence de pub, puis Robin Griffin, enquêtrice déterminée dans la très bonne mini-série de Jane Campion, Top of the Lake.
Ceci dit, elle endosse une posture pour le moins ambivalente et tient des propos qui visent à amoindrir l'impact de la série. Scientologue depuis toujours, comme le furent ses parents avant elle, celle qui incarne Offred à l'écran a déjà discrédité en interview la portée féministe de THE HANDMAID'S TALE (car au service du commandant Fred Waterford).

Il n'empêche, il faut regarder THE HANDMAID'S TALE !

 

   
MargaretAtwood au HAY festival 2018 accueillie par des servantes
MargaretAtwood au HAY festival 2018 accueillie par des servantes
MargaretAtwood au HAY festival 2018 accueillie par des servantes

MargaretAtwood au HAY festival 2018 accueillie par des servantes

Publié dans série

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article