MP#33 (suite et fin) alison bechdel à suivre 3/3

Publié le par martine chiorino

MP#33 (suite et fin) alison bechdel à suivre 3/3

Pour finir cette petite série d'articles sur Alison Bechdel, voici la présentation du test qui porte son nom : le test de Bechdel.

ET LISEZ NOS ARTICLES PRECEDENTS : LIENS EN BAS

L'origine du test est une page intitulée la règle (the rule en version originale) parue en 1985 dans sa bande dessinée Lesbiennes à suivre. Dans cette page, les protagonistes sont Bechdel elle-même et son amie Liz Wallace. Elles ont une discussion sur le cinéma et Liz Wallace explique ses critères pour choisir un film.
Alison Bechdel crée ensuite ce test pour mettre en évidence le manque de personnages féminins dans les œuvres de fiction (roman, BD, cinéma, etc). L'idée originale du test vient bien de Liz Wallace.

Le test repose sur trois critères :

  1. Il doit y avoir au moins deux femmes dans l’œuvre,
  2. qui parlent ensemble,
  3. et qui parlent de quelque chose qui est sans rapport avec un homme.

Le critère qui stipule que les deux femmes doivent avoir un nom est un complément du premier critère ajouté par la suite.

Si l’œuvre vérifie ces trois critères, le test est dit réussi. Si ce n'est pas le cas, cela peut indiquer que l’œuvre est centrée sur des figures masculines, voire correspond au syndrome de la Schtroumpfette (sur-représentation des protagonistes masculins dans les œuvres de fiction, au détriment des personages féminins).

Alison Bechdel précise qu'elle a été inspirée par le travail de Virginia Wolf, qui a écrit :

"Toutes les relations entre femmes, je crois, si je me remémore rapidement la splendide galerie de portraits de femmes dans les fictions, sont trop simples...Et j'essaie de me rappeler un cas quelconque dans mes lectures ou deux femmes sont représentées en tant qu'amies...Elle sont toujours et tout le temps des épouses et des filles. Mais presque sans exception elles sont montrées à travers leur relation avec des hommes."

Une étude a montré que dans les films américains entre 1950 et 2006, il y avait en moyenne deux personnages masculins pour un personnage féminin. Ces personnages féminins étaient impliqués dans des activités sexuelles deux fois plus que les personnages masculins, et cette proportion augmente avec le temps.

Le test de Bechdel invite l'industrie de la création, du divertissement et du loisir à mieux représenter les femmes.

Et n'oubliez pas d'acheter le tome 2 de Gouines à suivre !

 

MP#33 (suite et fin) alison bechdel à suivre 3/3

Publié dans lecture, cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article