philippe écharoux s'exporte

Publié le par martine chiorino

philippe écharoux s'exporte

nous avions fait un article LIEN EN BAS sur cet artiste français de street art 2.0, le street art éphémère :
PHILIPPE ECHAROUX  est de retour !

Philippe Echaroux a posé ses valises pendant 15 jours à New York, au cœur de la jungle urbaine pour faire émerger son nouveau projet " A World First in New York", projection de portraits d'habitants à Central Park.

Il a déambulé dans les rues de la grosse pomme à la recherche de personnes prêtes à se faire photographier.
" Ce n’est pas la partie la plus facile, on a environ 90 % de refus. Les gens ont très peu de temps, où ne veulent simplement pas se faire photographier même si je leur explique le but de la démarche ", raconte le street artiste.
Une fois les portraits réalisés, Philippe et son acolyte se sont rendu de nuit à Central Park, pour afficher les photos dans les arbres à l’aide d’un projecteur.
 " Lorsqu’il y avait du monde autour de l’endroit où l’on projetait les portraits, on restait pour échanger avec les gens. D’autres fois on faisait ça plus rapidement parce qu’on n’avait pas d’autorisation " se remémore le photographe.

Voici donc de nouvelles oeuvres, pour le bonheur des yeux !

Et n'oubliez pas qu'en ce moment c'est le street art festival de Grenoble et que vous pouvez trouver la monographie sur Philippe Echaroux et bien d'autres superbes bouquins à la librairie éphémère à l'ancien musée de peinture, place de Verdun dans le cadre de l'expo STREET ART.

philippe écharoux s'exporte
philippe écharoux s'exporte
philippe écharoux s'exporte

Publié dans art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article