en approche : demain, un film...

Publié le par martine chiorino

en approche : demain, un film...

...documentaire, mais il existe aussi une BD, et des tas d'autres livres sur :
                                           ROSE VALLAND

projection du documentaire
                " L’espionne aux tableaux, Rose Valland face au pillage nazi"
Film de Brigitte Chevet
ce jeudi 17 mai à 18 H
Bibliothèque maison du tourisme à Grenoble
Projection suivie d’une intervention d' Emmanuelle Polack, docteure en histoire de l’art

en approche : demain, un film...

nous vous conseillons ensuite la lecture de l'excellente BD, un des nombreux portraits de femmes de la dessinatrice Catel :
ROSE VALLAND CAPITAINE BEAUX ARTS

Née à St Etienne de St Geoirs, elle entre à l'École normale d'institutrices de Grenoble dont elle sort en 1918. Douée en dessin et encouragée par ses professeurs, elle part suivre les enseignements de l'École nationale des beaux-arts de Lyon dirigée par Henri Focillon. Elle s'y fera remarquer et obtient de nombreux prix. En 1922, elle entre à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Elle réussit ensuite le concours du professorat à l’enseignement du dessin, 6e sur plus de 300 candidats. En 1931, elle soutient son diplôme d'Ecole du Louvre sur l'évolution du mouvement de l'art italien jusqu'à Giotto. À l'Institut d’art et d’archéologie de l’université de Paris, elle obtient les trois certificats d’études supérieures d’histoire de l'art moderne, d’archéologie médiévale, et d'archéologie grecque, qui constituent le diplôme d’art qui, combiné avec sa thèse du Louvre, lui donne une licence spéciale d’histoire de l’art et d’archéologie. Elle voyage en Italie et probablement en Allemagne, dont elle parle la langue, sans pourtant l'avoir jamais étudiée durant sa scolarité.

À partir de 1932, elle devient « attachée bénévole » au musée des peintures et sculptures étrangères de la Galerie nationale du Jeu de Paume aux Tuileries. Elle s'y occupe du catalogue des collections du musée, puis travaille sur une quinzaine d’expositions internationales et leurs catalogues. Elle écrit également de nombreux articles.

Lesbienne, elle a des aventures avec des femmes à partir de son arrivée à Paris, dans l'entre-deux-guerres. Durant les années d'après-guerre, Rose Valland rencontre la Britannique Joyce Heer, secrétaire-interprète à l'ambassade des États-Unis, qui devient sa compagne jusqu'à sa mort. Les deux femmes partagent un appartement à Paris.

Comme assistante au Musée du Jeu de Paume durant la guerre, Rose Valland a documenté les spoliations artistiques nazies au péril de sa vie. Puis, elle a sillonné l'Allemagne en ruine pour retrouver les oeuvres disparues.
Nommée Capitaine Beaux-Arts de l'Armée française, elle s’est entêtée, souvent seule, à "sauver un peu de la beauté du monde".

Des 100 000 oeuvres d’art expédiées en Allemagne, 60 000 reviendront en France grâce à son inlassable activité. Encore aujourd'hui, ses archives sont décisives pour les restitutions aux propriétaires, pour la plupart des descendants de familles juives spoliées sous Vichy.

Résistante reconnue aux Etats-Unis, une des femmes les plus médaillées de France de son vivant, elle est longtemps restée dans l’oubli dans son propre pays, comme le sont restées ces milliers de familles spoliées.
Pourquoi ? Que fallait-il oublier ? Que fallait-il taire ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article