bonne fête !

Publié le par martine chiorino

bonne fête !

Le 3 mai est la journée mondiale de la LIBERTE DE LA PRESSE

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’ONU en 1993.
Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de :

  • célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse;
  • d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde;
  • de défendre l’indépendance des médias;
  • de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

Cette année l'UNESCO célèbre la 25e édition de cette journée mondiale sur le thème :
Médias, justice et état de droit : les contrepoids du pouvoir, et les célébrations porteront sur les questions des médias et de la transparence du processus politique, de l’indépendance du système judiciaire et de ses connaissances en matière de médias, et de la responsabilité des institutions de l’État vis-à-vis du public. La journée sera aussi l’occasion d’examiner les défis actuels de la liberté de la presse en ligne.

2017 : Une carte du monde de plus en plus sombre

2017 : Une carte du monde de plus en plus sombre

La liberté de la presse n’a jamais été aussi menacée. Ils sont désormais 21 pays classés « noirs » c’est-à-dire où la situation de la presse est considérée comme « très grave ». Cinquante-et-un pays sont en « rouge »; la situation de la liberté de l’information y est considérée comme « difficile ». Au total, près des deux tiers (62,2%) des pays répertoriés ont enregistré une aggravation de leur situation. L’édition 2017 du Classement mondial de la liberté de la presse révèle des maux et fléaux qui nuisent à la liberté d’informer dans le monde.

L’édition 2017 du Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) est marquée par la banalisation des attaques contre les médias et le triomphe d’hommes forts qui font basculer le monde à l’ère de la post-vérité, de la propagande et de la répression.
L’obsession de la surveillance et le non-respect du secret des sources contribuent aussi à faire glisser vers le bas de nombreux pays considérés hier comme vertueux :
les États-Unis (43e, -2), le Royaume-Uni (40e, -2), le Chili (33e, -2) ou encore la Nouvelle-Zélande (13e, -8).

Publié dans fête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article