triste...

Publié le par martine chiorino

triste...

Nous apprenons la mort jeudi 5 avril de Isao Takahata "l'autre" réalisateur des studios Ghibli.

Il était âgé de 82 ans, né en 1935 à Ujiyamada (aujourd’hui Ise) dans le département de Mie, au centre du pays.
Il a étudié la littérature française à la prestigieuse université de Tokyo et s'est passionné notamment pour l’œuvre du poète Jacques Prévert.
Il rejoint en 1959 la société de production Toei, par intérêt pour l’animation qu’il a découverte au travers du travail du réalisateur français  Paul Grimault  (le Roi et l’Oiseau). Sa première réalisation est la série "Ken, l’enfant loup" en 1963.

La même année, Hayao Miyazaki est à son tour embauché par la Toei. Les deux hommes se rapprochent par le biais d’activités syndicales : il a été « ami immédiatement » avec Miyazaki, s'en suivront presque cinquante années de collaboration.
En 1984, le long-métrage "Nausicaä de la vallée du vent" est un énorme succès qui les amène à créer le studio Ghibli en 1985 avec le producteur Toshio Suzuki, ils produiront vingt-six créations qui ont rencontré un succès planétaire.
Le "Voyage de Chihiro" a même reçu un Oscar en 2003.

L'aura géante de Hayao Miyazaki aura toujours fait de l'ombre à Isao Takahata , et pourtant sa filmographie n'a pas à rougir une seconde devant celle du maître. Takahata a réalisé quelques uns des plus beaux films du studio.

En France, il est surtout connu pour le "Tombeau des Lucioles", mais toute sa filmographie  est intéressante : "Goshu le violoncelliste", "Pompoko", "Mes voisins les Yamada" (adaptation de l'excellent manga de Hisaichi Ishii), le "conte de la princesse Kaguya" (nommé aux Oscars en 2015), "Omoide Poroporo" ou "Souvenirs goutte à goutte" (un film d'une folle délicatesse sur les contrastes enfance / vie adulte, campagne / ville, souvenirs / réalité, et une magnifique réflexion sur la nostalgie).

Les thèmes de ses œuvres pouvaient être variés même s’il rejoignait Hayao Miyazaki dans son attachement à la protection de l’environnement. Le studio Ghibli a d’ailleurs pris position pour la sortie du nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011.
Proche du parti communiste, Isao Takahata était profondément pacifiste.
En 2015, cet éternel amoureux de la culture française  disait préférer à la citation latine « Si tu veux la paix, prépare la guerre », le vers du poète Jacques Prévert : « Si tu ne veux pas la guerre, répare la paix »

Publié dans cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article