j'l'écoute en boucle # 15

Publié le par martine chiorino

nos marsupiaux préférés de The Wombats reviennent en ce mois de février 2018 avec "beautiful people will ruin your life" qui succède à leur album "glitterbug" de 2015, album qui avait débuté leur mue électronique, et reste dans la même lignée (album qui fut salué par la critique, classé dans le top 5 des meilleures ventes d’albums en Angleterre et comptabilisant plus de 200 millions de streaming)
au fait, le wombat est une espèce de mélange d'ours et de koala, une sorte de gros raton de 20 kilos qui vit en Australie et possède une poche, comme les kangourous.

c'est là le quatrième album du trio de Liverpool révélé il y a une dizaine d'années avec l'album "the wombats proudly present a guide of love, loss & depression", bourré de petites perles énergiques addictives post-punk prouvant bien que les groupes anglais ont une facilité insolente à fabriquer des tubes imparables.
(nous avons toute leur discographie par ici )

voilà un album un peu plus pop que post-punk, avec un zeste de synth pop, mélangeant donc sonorités électroniques péchues et riffs rock.

le groupe explique avoir voulu faire un album plus ambitieux, qui se révèle à l'écoute meilleur et plus travaillé que son prédécesseur -et plus décontracté-.

les titres marquants sont ceux où les mélodies sont les plus entêtantes et peut-être aussi ceux où Matthew Murphy monte le plus dans les aigus : "Cheetah Tongue", donc, qui démarre  très bien l’album, mais aussi "Dip You in Honey", ou encore "Lemon to a Knife Fight".
CLIP PLUS BAS (sera surement un des tout meilleurs de 2018)
ce premier single réunit tous les meilleurs ingrédients de cet album : une mélodie imparable, un subtil équilibre entre les guitares et les claviers, une énergie très pop, une légèreté rehaussée d’une bizarrerie indéfinissable.

le chanteur explique d’ailleurs avoir composé la chanson, dont le texte évoque semble-t-il une dispute à bord d’une voiture, après s’être disputé avec sa femme au sujet du film "Mulholland Drive" de David Lynch, et on peut sentir une certaine parenté avec le film, même si la chanson est beaucoup moins torturée.
mais on imagine bien le réalisateur anglais mettre en scène le clip qui baigne dans une atmosphère glauque entre horreur et surréalisme, du twin peaks à la sauce thriller, non sans une pointe de non-sens et un zeste d'humour anglais.

le refrain montre d’ailleurs le sens de la formule de Matthew Murphy : "I brought a lemon to a knife fight"soit en gros "j’ai pris un citron pour affronter des couteaux"
on peut se dire : mais quelle idée bizarre !
or en principe l'expression anglaise est "bring a knife to a gun fight", soit ramener un couteau à un combat d'armes à feu, pour parler d'une bataille que l'on ne peut pas gagner.
ici Matthew Murphy raconte une grosse dispute qu'il a eu avec sa femme à Los Angeles et utilise la métaphore d'apporter un citron à un combat de couteaux pour insister sur le fait que quelque soit son argumentation il ne pourra jamais gagner face à elle.

The Wombats signent avec ce quatrième un bon album, bien produit avec des titres très efficaces, qui commence à faire un carton !

vous pouvez aussi écouter... the vaccines, ou the kooks ou plein de britpop !

j'l'écoute en boucle # 15

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article